Publicité

Burida : Des artistes cités dans une opération de fraude

Plateforme Légalité Et Transparence

Selon la plateforme « Légalité et Transparence », la récente élection pour le renouvellement de l’Assemblée générale (AG) du Burida a été entachée de fraudes.

Il y a eu fraude lors de l’élection des membres de l’Assemblée générale du Burida, le mercredi 21 août dernier, selon la plateforme « Légalité et Transparence ». La révélation a été faite ce lundi, en conférence de presse.

Ces cas de fraudes portent sur des tripatouillages de documents, des achats de conscience et des violations des règles régissant l’institution.

Et pour apporter les preuves de leurs accusations, David Tayorault, Bilé Didier et Pat Sako (Espoir 2000) ont produit des éléments.

Il s’agit, dans un premier temps, d’une vidéo dans laquelle ils tentent de démontrer que des artistes non éligibles (des Associés simples) ont été candidats, et certains ont même été élus au terme du scrutin. Dans certains cas à leur insu.

« J’ai rencontré un chantre qui m’a dit qu’elle ne savait même pas qu’elle était candidate. Et c’est ici que j’ai découvert qu’elle était dans la liste des personnes impliquées dans la fraude », explique le président de « Légalité et Transparence », David Tayorault.

Parmis ces artistes on retrouve El Kana, Tonton Zela, Dohi Nazi, Boklay, Loua Roland, Luiz Djela, Kassy Perpétue, Richard Kreme et bien d’autres.

Quant à Fadal Dey, membre influent du Collectif des artistes pour le changement au Burida (Cacb), candidat et élus dans le collège des auteurs-compositeurs, il aurait déposé sa candidature hors délai, si l’on en croit la plateforme. Sur une fiche présentée comme étant celle de sa candidature, on remarque que des anomalies.

Voir aussi
La Tombe De Dj Arafat

Img 20191021 171819
Une copie de l’acte de candidature de Fadal Dey

De plus, il se trouve que Fadal a déposé deux attestations sur l’honneur. Une le 22 septembre. Soit un dimanche, alors que le Burida est censé être fermé. Et une autre le 13, alors qu’il était hors d’Abidjan. En témoigne un élément du JT de RTI 2.

Img 20191021 171902
Une copie de l’attestation déposée le 22 septembre
Img 20191021 171925 1
Une copie de l’attestation déposée le 13 septembre

Ce sont tous ces faits qui ont poussé la plateforme à boycotté l’élection et à demander par la suite son annulation.

« Nous demandons au ministre le toilettage des textes pour que nous puissions avancer sur des bases solides. Le combat de Légalité et Transparence n’est pas individuel », a déclaré Bilé Didier.

Voir les commentaires

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

© 2019 Un site de urbanpress group. Tous droits réservés.

Faire défiler