The current Bet365 opening offer for new customers is market-leading bet365 mobile app You can get a free bet right now when you open an account.

Dicko Fils (Kundé d’Or 2016) : « Je fais une musique qui est acceptée partout dans le monde »

Dicko Fils (Kundé d’Or 2016) : « Je fais une musique qui est acceptée partout dans le monde »

Après plus d’une décennie de musique, Dicko Fils a fini par inscrire son nom en lettre d’or dans les annales de la musique burkinabé. Pour sa 2e nomination au Kundé d’Or, l’artiste s’est offert le prix du meilleur chanteur du Burkina Faso. A travers cette interview exclusive, l’acteur du célèbre titre “Wakati” se dévoile.
 
Quels sont vos impressions après votre sacre au Kundé d’Or 2016 ?
Je suis très content. Et avec ce prix, je me dois de travailler davantage, afin d’aller toujours de l’avant.
 
Selon vous, quelles sont les chances qui ont milité en votre faveur ?
Les chances qui ont milité en ma faveur, c’est que je fais de la musique moderne d’inspiration traditionnelle. Et l’an passé j’étais nominé dans la même catégorie, mais je n’ai pas été lauréat. Et la même année, j’ai été victime d’un accident de circulation où j’ai failli perdre la vie. J’ai même enregistré mon dernier album pendant que j’avais des pansements partout sur le corps…
 
Comment avez-vous vécu cet accident, surtout que vous étiez avec une autre artiste qui était dans le coma ?
Oui en effet, on partait pour un concert à Biougandé, et la voiture a eu un problème au niveau de sa roue. Ce qui a provoqué des tonneaux. Moi, j’ai perdu les deux poignés, ma collègue Nadia était dans le coma, et les danseuses ont été aussi touchées. On a eu le soutien de tout le monde. Les gens ont prié pour nous. Et voilà que nous sommes aujourd’hui sur pied, en train de travailler.
 
C’est donc cet accident qui a inspiré votre nouvel album ?
Oui, le titre de l’album c’est “Wakati” qui veut dire “Le moment”. Ça m’a vraiment inspiré, car si je vis toujours, c’est le moment d’être positif dans tout ce que je dois faire. Parce que je pouvais partir à tout moment. Mais si le bon Dieu m’a donné l’occasion de vivre, je dois être positif dans tout ce que je fais.
 
On a appris que vous avez commencé la musique en Côte d’Ivoire…
Oui j’ai enregistré mon premier album en Côte d’Ivoire, en 2000. Et comme ça mis du temps avant de sortir, je suis venu au Burkina Faso pour le sortir, en 2005. Et actuellement j’ai 6 albums. Mon deuxième album est sorti en 2007 ; ensuite le 3e “Farafina”, en 2010 ; le 4e “Sababou” en 2012 ; le 5e “Finatawa” en 2014 ; et le 6e “Wakati” en 2016. Les 4 premiers étaient de bonne facture, mais je n’ai pas eu la chance d’avoir une bonne promotion. Et donc, je me suis dit que la musique peul étant appréciée pour ses belles mélodies, pourquoi ne pas la moderniser, afin qu’elle puisse être dansée et adoptée par le grand public.
 
Etant nominé dans la même catégorie que Floby et Imilo Lechanceux, n’avez-vous pas eu peur ?
Non, je n’avais pas le droit d’avoir peur ! Et il faut savoir que Floby était d’abord un de mes fans. J’ai commencé la musique avant lui, et il adorait ma musique. Quant à Imilo, c’est un petit frère. Donc je pense que ce n’était pas une compétition. J’étais avec mes petits frères. Si c’était Floby ou Imilo qui remportait le Kundé d’Or, ça ne me causerait aucun problème. Puisque c’est le Burkina qui gagne.
 
Vous faite de la musique d’inspiration traditionnel dans un mode dominé par la musique urbaine. Ne croyez-vous pas que vos chances de réussite sont un peu réduites ?
Non, moi je fais une musique qui est acceptée partout dans le monde. Je fais la musique de festival. Parce que aujourd’hui, un artiste doit viser les festivals, car le public y est vaste et varié. Donc je suis confiant.
 
Un message à tous vos fans à Abidjan
Je dis merci à tous mes fans, tous les amis et tous les frères en Côte d’Ivoire. Parce que c’est dans ce pays que j’ai commencé la musique. Leurs prières, leurs bénédictions sont en train de porter fruit. Et je serai très bientôt en Côte d’Ivoire pour une tourne promotionnelle.

 

© Urbanpress. Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

Contactez la rédaction de Urbanpress à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À découvrir aussi...

YouTube dr quinn medicin kvinna säsong 1 http://apotekutanrecept.se/ OTC-medicin för influensa