The current Bet365 opening offer for new customers is market-leading bet365 mobile app You can get a free bet right now when you open an account.

Général Bob Zep Lion (Artiste Haïtien) : « Bouaké et Korhogo des villes de ma chair et de mon sang »

Général Bob Zep Lion (Artiste Haïtien) : « Bouaké et Korhogo des villes de ma chair et de mon sang »

Général Bob Zep Lion est un artiste compositeur interprète haïtien vivant en France. Avec son père nigérian et sa mère haïtienne, cet artiste voue un grand amour pour la Côte d’Ivoire. A la faveur de la sortie de son 4e album intitulé “Etude d’1 K”, l’artiste a bien voulu s’ouvrir à Urbanpress.
 
Avant toute chose, que signifie Zep ?
Zep, c’est une dédicace à la Zone d’éducation prioritaire, en abrégée ZEP. Par exemple, ici, Adjamé devrait être une zone d’éducation prioritaire. C’est-à-dire une zone démunie où on voit pas mal de misère. Je ne dis pas que l’ensemble de sa population est dans la misère. On pourrait parler de ghettos.
 
Donc tu te réclame du ghetto ?
Je ne suis pas du ghetto, je n’ai jamais été élevé dans le ghetto. Mais j’ai quasiment tous mes amis qui sortent du ghetto. Donc il y a une partie de moi qui est dans le ghetto. Parce que le ghetto, dans ce monde, est très défavorisé. Quand on dit ghetto, ça rime avec la drogue, l’alcool, la délinquance et autre business. Alors qu’il y a des familles très honnêtes qui vivent dans le ghetto.
 
C’est ta première fois en Côte d’Ivoire ?
Non, je suis déjà venu plusieurs fois en Côte d’Ivoire. Mais c’est la première fois que je suis là pour monter un projet. Il s’agit d’un mini festival avec plusieurs artistes qui aura lieu le 06 et le 07 août prochain à Bouaké et Korhogo.
 
Pourquoi avoir choisi ces deux villes ?
Les villes de Bouaké et Korhogo sont deux villes de cœur. Ce sont des villes auxquelles je tiens vraiment pour faire ce show. Parce que ce sont des villes de ma chair et de mon sang.
 
Quelle histoire te lie à ces villes ?
À Bouaké, j’ai perdu mon frère jumeau et à Korhogo j’ai perdu quelques musiciens, dans un accident, alors qu’ils y allaient pour un spectacle.
 
Quels sont les artistes africains qui t’ont influencé ?
Au point de vu africain, on va dire que Salif Keita m’a beaucoup influencé, Tiken Jah, Alpha Blondy et Takana Zion avec qui j’ai beaucoup bossé et qui m’a influencé. J’ai aussi écouté la musique d’Ismaël Isaac, c’est une belle voix. Donc en gros, c’est un ensemble d’artistes africains qui m’ont influencé. Par contre, mon style musical vient de moi-même.
 
 
Ton genre musical est-il proche de celui de ton compatriote Sael ?
Non pas du tout. En fait, on peut y trouver toute sorte d’influence, mais typiquement reggae. C’est-à-dire mon reggae sort du gospel, hip hop, dance hall et soul music, ainsi que du jazz.
 
Quel est ton regard sur la musique ivoirienne ?
C’est en très grande évolution.  Et comme on dit chez nous en France, la Côte d’Ivoire c’est la frontière musicale. En passant par la Côte d’Ivoire, on touche le monde.
 
Tu étais à Abidjan lors de la 2e édition du festival Abi Reggae. Malheureusement tu n’as pas fait de prestation. Pourquoi ?
Oui, je suis venu pour voir comment ça se passe. J’ai été invité pour jouer à ce festival, mais par un petit malentendu, je n’ai pas pu faire de prestation. Mais ça été très chaleureux pour moi de participer à cet évènement qui était magnifiquement génial.
 
Tu seras donc là pour la prochaine édition ?
Je serai là si l’invitation se fait correctement !
 

© Urbanpress. Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

Contactez la rédaction de Urbanpress à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À découvrir aussi...

YouTube dr quinn medicin kvinna säsong 1 http://apotekutanrecept.se/ OTC-medicin för influensa