The current Bet365 opening offer for new customers is market-leading bet365 mobile app You can get a free bet right now when you open an account.

Hilaire 1er : « Je suis parti à cause de l'injustice et de la sorcellerie »

Hilaire 1er : « Je suis parti à cause de l'injustice et de la sorcellerie »

Vivant désormais en France, l’artiste ivoirien Hilaire 1er continue d’œuvrer dans le domaine de la culture. En plus de la préparation de la sortie de son prochain maxi-single, l’artiste a aussi des projets dans le cinéma.
 
Depuis un moment tu vis en France. Quelles sont les raisons qui t'ont poussé à t'expatrier ?
Dans un premier temps, en tant qu’artiste, j'ai toujours voulu me faire valoir et monnayer mon talent en Europe. De nos jours, en Afrique, nous sommes confrontés à un manque d'assistance de la part de nos proches qui ont les moyens nous aider, surtout financièrement. Et il me fallait aussi penser à ma famille. En Afrique c’est pas du tout facile.
 
Mais tu avais pourtant des moyens. Puisque, en plus d'être chanteur, tu travaillais. Et tu étais aussi producteur d'artistes…
D'abord concernant les moyens financièrement, j’en n’avais pas suffisamment. Voilà pourquoi, le peu que j'avais comme salaire à la CIE (Compagnie Ivoirienne d’électricité, Ndlr), je l’utilisais pour produire mes œuvres et produire aussi d'autres artistes. Ceci, afin d’accroitre mes économies. Malheureusement, ce n’était pas ce à quoi je m’attendais. La trahison battait son plein et je perdais des contrats à cause de l'artiste que j'ai produit.
 
Quels sont les artistes que tu as produits ?
J'avais deux artistes sous la main. D’abord la Congolaiz. Puis un autre artiste, ici en France du nom de Chikito 1er.
 
Qu’est-ci n’a pas marché avec la Congolaiz ?
Tout d'abord, il faut que tu saches que j'ai signé un contrat de 3 ans avec elle. Ce contrat reconnu et ratifié par le Burida (Bureau ivoirien du droit d’auteur, Ndlr) prend fin en août 2016. Étant chorégraphe, j'ai corrigé ses danses obscènes, pendant une année. Et la deuxième année, j'ai mis l'accent sur son alphabétisation et la normalisation de ses relations avec sa famille et ses fans. En août 2013, je la mets en studio, et elle sort un album déclaré au Burida. Ce qui lui permettait de voyager dans la sous-région, pour des spectacles. C’est ainsi que je rentre en contact avec un certain Mike le Bosso, pour l'international. Puisque ce dernier cherchait des artistes pour des spectacles en France, je lui ai proposé la Congolaiz et Magicien, l’ex danseur d’Arafat. Mike le Bosso m’a fait savoir en disant que La Congolaiz c'est la fille qui danse nue dans les maquis et bars à Abidjan. Ça m’a fait tiquer ! Puis quelques jours après, j’ai vu une vidéo où elle dansait effectivement à moitié nu dans un maquis de Yopougon. On en a parlé, puis je lui ai pardonné. Mais depuis un moment, La Congolaiz ne me respectait plus. C'est ainsi qu'un jour Mike le Bosso m’appelle et me fait savoir sa femme doit faire venir La Congolaiz en France. Et cela sans mon autorisation. Et elle est partie en France sans moi et sans mon autorisation, en tant que son producteur.
 
Et qu’as-tu fait ensuite ?
J'ai voulu porter plainte contre La Congolaiz, et ensuite situer les responsabilités quant au Burida et Bosso Prod. Mais après réflexion, je me suis dit que si j'ai accepté de la produire, c'est pour son bien. Alors pourquoi vouloir lui faire encore du mal ? Mais quand je vois ses publications sur les réseaux sociaux disant que je n'ai jamais bossé avec elle, ça me fait très mal. Mais je réfléchis et je laisse choir...
 
Bien avant La Congolaiz, tu as eu une liaison avec l'une des danseuses de Serge Beynaud. On a appris qu’il serait à la base de votre rupture…
Concernant ce sujet, pour l'image de Beynaud et d’Annick Choco (l’ex danseuse de Serge Beynaud, Ndlr) qui aujourd'hui embrasse une carrière musicale, je n'aimerais pas qu’on en parle. Beynaud n'a rien fait, c'est ma faute ! Je n'ai pas été à la hauteur, c'est tout ! Je souligne que ce n’est pas parce que j'ai peur de qui que se soit.
 
Tu n'as pas été à la hauteur comment ?
J'aimais Annick Choco à telle enseigne que je me comportais mal envers elle, sous l’effet de la jalousie.
 
Dans le Coupé-décalé, il existe une sorte de concurrence ou de guerre. Qu’en penses-tu ?
Oui, ce n’est pas faux ! C’est une réalité. Mais ça ne sert à rien tout ça. Je sais beaucoup de choses sur les artistes qui font certaines pratiques pour exceller. Mais je n'ai jamais emprunté ce chemin.
 
Quel genre de pratiques font-ils ?
Ils vont chez les marabouts, féticheurs et charlatans. Il y a même d’autres qui donnent leur postérieur. Les homosexuels.
 
Donne-nous quelques exemples…
(Rire) Tu veux ma mort !!! Laisse tomber ! Un jour la vérité éclatera toute seule
 
Il parait que tu as été viré de ton boulot à la Cie…
(Rire) Je suis parti de moi-même, à cause de l'injustice et de la sorcellerie de l'homme noir. Il y a du favoritisme à la Cie et le tribalisme.

© Urbanpress. Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

Contactez la rédaction de Urbanpress à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À découvrir aussi...

YouTube dr quinn medicin kvinna säsong 1 http://apotekutanrecept.se/ OTC-medicin för influensa