The current Bet365 opening offer for new customers is market-leading bet365 mobile app You can get a free bet right now when you open an account.

Kilimandjaro Griot Guéré : L’Ivoirien qui a conquis le cirque du soleil

Kilimandjaro Griot Guéré : L’Ivoirien qui a conquis le cirque du soleil

Artiste pluridisciplinaire, Grazai Daudet Fabrice alias Kilimandjaro Griot Guéré est la personnalisation véritable de l’art dans son ensemble. Danseur, chorégraphe, musicien, percussionniste, chanteur, comédien, acrobate et marionnettiste, l’artiste ivoirien fait la fierté de la Côte d’Ivoire dans l’un des plus grands cirques au monde.
 
Pour quoi te fais-tu appeler "Kilimandjaro le griot guéré" ?
Kilimandjaro, parce que je suis d’abord du signe capricorne, et je suis un homme de défis. J’adore les défis, car ça me permet de me surpasser et de me motiver. Comme le Kilimandjaro est le plus haut sommet d’Afrique, je veux atteindre le pus haut sommet, dans mon métier. Je me fais appeler griot, parce que mes grands parents étaient griots. Et la fonction de griot dans la culture Wè ou Guéré, est une fonction très particulière
 
Où as-tu appris toutes ces choses que tu fais ?
Je les ai apprises d’abord au village. Etant plus jeune, pendant les vacances, quand j’allais au village, je pouvais voir pendant différentes cérémonies, les masques. Et pendant les moments de réjouissance au clair de lune, les gens sortait les tambours et chantaient. Et j’ai été imprégné depuis cette époque. On peut donc dire que l’amour pour la chose artistique a commencé depuis cet instant. J’ai su très tôt ce que je voulais faire. Je voulais appartenir au monde artistique, au monde culturel. Donc, j’ai dit à mon père et à sa femme, à l’époque que je voulais arrêter les études pour intégrer une compagnie artistique. Pour parfaire mes aptitudes. C’est donc en 1995, que mon père et ma belle mère, Karidja Bomou, une femme de culture, et actuelle directrice du Ballet National, m’ont fait entrer au Village Kiyi, où j’ai fait mes premiers pas en tant que débutant. Il faut dire que c’est de famille. Parce que ma mère biologique est danseuse, j’ai un oncle qui était un chanteur très reconnu dans la région de Guiglo. Et mes grands pères maternels et paternels étaient des griots.
 
Quelles sont tes activités là où tu vis ?
En ce moment, je suis basé officiellement en France. Et je boss avec le cirque du soleil. C’est la plus grande compagnie de cirque au monde, basée à Montréal, au Canada. Je suis donc en tournée avec ce cirque, sur une création adapté du film Avatar de James Cameron. On est actuellement en spectacle aux Etats-Unis.
 
La tournée va durer combien de temps et quelles sont les villes qui seront visitées ?
La première étape de la tournée est exclusivement américaine. On va visiter plusieurs villes américaines, pendant cette première année. On a commencé depuis juillet 2015 et ça se poursuit jusqu’en novembre prochain. Et si Dieu le veut, il y aura d’autres choses.
 
Est-ce possible de recevoir le cirque du soleil à Abidjan ?
C’est mon rêve de recevoir le cirque du soleil à Abidjan. J’en ai parlé à certains responsables, mais en termes de budget, ça demande vraiment de gros moyens. Peut être qu’un jour, ils m’aideront à monter un projet de cirque à Abidjan, à petite échelle. Mon projet, c’est de créer un cirque en Côte d’Ivoire. Parce que la Côte d’Ivoire a beaucoup de talent et mérite d’avoir un cirque. J’ai cette envie de mettre les gens ensemble, pour créer et travailler ensemble
 
Tu es régulier sur les réseaux sociaux en compagnie de tes enfants que tu initie à la culture de ta région. Cela répond à quoi ?
Cela répond au fait que je veux leur inculquer ce que je suis. Je suis un Wè ou un Guéré, comme on est communément appelé en Côte d’Ivoire. Je leur montre d’où je viens et à travers ma langue, je leur montre ma culture. C’est partie du constat que des amis métisses, et certains Ivoiriens en Europe ont du mal à parler leur langue et refuse même de l’apprendre à leurs enfants. Moi je dis non ! Etant un Wè, je parle ma langue à mes enfants. Puisqu'à la maison, leur maman étant américaine, elle leur parle parfaitement l’anglais, et les enfants parlent parfaitement français à l’école. Alors moi, je leur parle Wè. Je suis artiste. Même si plus tard, mes enfants feront le choix du métier qu’ils aimeraient exercer, je leur apprend tout simplement ma passion. J’ai 3 enfants, le premier Glazai Daudet Moneka Stéphane, est élève et aime aussi la danse et le chant. Il y a Whesley qui aime chanter. Il écrit des texte et compose des chansons. Et Sodji qui est musicien percussionniste. Ils aiment bien ce que je fais. Ma motivation est de partager avec mes enfants mon identité culturelle et leur apprendre ma langue maternelle. Car il est important que nous puissions nous exprimer convenablement dans nos langues.

© Urbanpress. Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

Contactez la rédaction de Urbanpress à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À découvrir aussi...

YouTube dr quinn medicin kvinna säsong 1 http://apotekutanrecept.se/ OTC-medicin för influensa