The current Bet365 opening offer for new customers is market-leading bet365 mobile app You can get a free bet right now when you open an account.

T*REZ (chanteuse ivoirienne) : “J’aime tout ce qui est douceur”

T*REZ (chanteuse ivoirienne) : “J’aime tout ce qui est douceur”

Ex-membre de l’orchestre de la RTI, Kouadio Affoué Therese dit T*Rez est dans l’univers musical ivoirien depuis plusieurs années. Vivant désormais en Europe, la chanteuse est de retour sur les bords de la lagune Ebrié avec une nouvelle œuvre aux sonorités afro-Zouk. Elle s’est confiée à Urbanpress.

Présentez-vous à nos internautes ?
Je me nomme Kouadio Affoué Thérèse. T-Rez est mon nom de scène. Je fais de la variété. Je viens de sortir un single aux sonorités Afrozouk.

Quel est votre avis sur la musique ivoirienne ?
La musique ivoirienne stagne un petit peu. Le coupé-décalé a pris le dessus. C’est une bonne chose mais on aurait souhaité que  les grands chanteurs, les anciennes voix continuent de nous bercer.

Ces grandes voix vous ont-elles inspiré à embrasser une carrière musicale ?
Effectivement ! A l’international, je dirai Mémé Myriam Makeba. En Côte d’Ivoire, ce sont les grands chanteurs tels que Monique Seka, Nanyaka Bell, Aklane, Aïcha Koné, Chantal Taïba… Tout ce qui est bonne musique. La musique est ancrée en moi. C’est une passion que je  nourrie depuis ma tendre enfance.

 Parlons de votre parcours…
J’ai eu la chance d’intégrer l’orchestre de la RTI (ORTI) alors que je n’étais pas une artiste confirmé. Ce, grâce à un oncle, chef Atta Kouassi en 1993. Je n’avais pas de base mais l’équipe a bien voulu m’encadrer, m’orienter.  Le chef d’orchestre m’a également conseillé de m’inscrire à l’INSAAC. Je faisais donc les répétitions les matins avec l’orchestre et je me rendais au cours les soirs.

Vous avez suivi quoi comme formation à l’INSAAC ?
Je suivais une formation en solfège au conservatoire où nous apprenions à chanter. Malheureusement, je ne suis pas allée jusqu’au bout. J’ai dû arrêter parce que ce n’était pas facile pour moi. Je voulais juste chanter dans un micro.

Qu’est-ce que cette formation vous a apporté ?
Le passage à l’INSAAC a été très bénéfique. Je conseille d’ailleurs à tous ceux qui veulent faire de la musique d’allier théorie et pratique. Il faut se donner du temps pour apprendre.

Combien  de temps avez-vous passé au sein de l’ORTI ?
Je suis resté longtemps alors que je n’étais pas rémunéré. J’y suis allé par amour. Même quand je n’avais rien à mettre sous la dent, je m’arrangeais à avoir mon transport afin de participer aux séances de répétitions. J’étais vraiment heureuse d’être dans le groupe.

Qu’est devenue T-REZ après l’ORTI ?
En 2002, je suis partie en France pour des raisons d’ordre privée. Je me suis mariée. Je reviens à la musique.

Avez-vous continué la musique une fois en France ?
En France, Je réside dans une petite ville. Il est donc difficile de trouver une école de musique. Néanmoins, j’ai intégré un groupe musical pour garder la voix.

Vous venez donc en Cote d’Ivoire avec une œuvre…
Je viens pour faire la promotion de mon single, sorti il y a un an. C’est une chanson aux sonorités afro-zouk chantée en Attié. Il est baptisé ‘’Bouleu Eba’’. Ce qui veut dire : “Tu sais ce que mon cœur te dit, tu sais ce que j’attends de toi”.  Il a été arrangé par David Tayorault. Le texte a été écrit par Alain Demari. Je parle d’amour. Et je dis qu’il faut beaucoup de communication en amour pour éviter les histoires. Cela englobe tous les aspects de l’amour.


Pourquoi avoir choisi l’afro zouk ?
Cela reflète ma personnalité. J’aime tout ce qui est douceur, beauté... Le coupé-décalé est un peu bouillant.

A quand l’album ?
L’album est en préparation. Il est constitué de 8 titres avec la participation de David Tayorault, Freddy Assogba, Koudou Athanase et un autre arrangeur vivant à Paris. C’est un cocktail de variété.

Pourquoi autant d’arrangeur sur l’album ?
J’aime tout ce qui est beau, les couleurs... Chaque arrangeur a sa petite touche, sa petite couleur. C’est ce que je voulais avoir sur cet album. Une couleur arc-en-ciel.

Quel est le thème principal de l’album ?
Je parle toujours d’amour, l’amour de façon globale. Entre homme et femme, entre frère et sœurs, entre parents et amis.

Alain Demari est-il votre compositeur attitré ?
Non ! J’ai d’autres compositeurs. Personnellement je ne compose pas. J’estime que chacun a un rôle précis. Il faut savoir faire la différence et laisser chacun jouer son rôle. Comme j’aime la belle mélodie, je préfère aller vers un professionnel. 

Sur quoi allez-vous misé pour conquérir le public ivoirien ?
La musique, la chanson. Je souhaite que ça plaise. Je ferai de mon mieux pour offrir au public de très belles mélodies. Je demande au public ivoirien de prendre le temps de me connaitre.  Ils ne seront pas dessus. L’album sera du costaud. Chacun aura pour son gout. Nous avons besoin d’encouragement, de beaucoup d’amour afin de mener à bien notre carrière musicale

© Urbanpress. Reproduction totale ou partielle strictement interdite sans autorisation préalable.

Pour contacter la rédaction :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À découvrir aussi...

YouTube dr quinn medicin kvinna säsong 1 http://apotekutanrecept.se/ OTC-medicin för influensa