The current Bet365 opening offer for new customers is market-leading bet365 mobile app You can get a free bet right now when you open an account.

Vino (ex-Patrons) : “Le pays me manque grave”

Vino (ex-Patrons) : “Le pays me manque grave”

Cela va faire bientôt 10 ans que Vino vit en France, depuis son départ du groupe Les Patrons. Aujourd’hui, il essaie de se faire une place aussi bien dans le milieu du sport que dans celui du show-biz, à Rennes. Sa nouvelle vie, ses projets… il les a déballés pour Urbanpress.

Vino dans le foot, Vino dans le show-biz… Où est-ce que tu te situes véritablement  aujourd’hui ?
Je me situe dans les deux camps. Le show-biz m’a donné des bonnes relations que j'ai su exploiter. Et avec la passion que j'ai pour le football, c'est un plaisir de faire les deux choses que j’aime bien.

Concrètement, qu'est-ce que tu fais dans le milieu du foot ?
Je suis superviseur de plusieurs clubs sur les jeunes et conseiller sportif.

Peut-on avoir les noms de ces clubs pour lesquels tu travailles ?
Non, je veux que ça reste confidentiel. Ce sont des clubs de ligue1 et ligue2 françaises.

Comment tu as intégré ces clubs ?
Dans le temps, quand Siaka Tiéné “Chico” et Angoua Brou jouaient à Valencienne FC, j'allais les voir. C’est comme ça que j'ai connu le milieu du football français. J'ai fait la connaissance d’un grand agent de footballeur, avec qui je travaillais. Voilà comment tout est parti.

Est-ce qu'on peut dire que tu vis de ce travail-là ?
Oui ! Je vie de ce travail depuis 5 ans. Et à côté de ça,  je me bats comme tout aventurier.

Est-il plus facile de s'occuper des footballeurs ? Il se raconte qu'ils sont assez capricieux…
Tout être humain a des caprices. Mais le footballeur a besoin de beaucoup d'attention. Quand il sait que tu l'aimes vraiment, tout devient comme une famille.

Quels sont les joueurs que tu as dans ton écurie ?
J'ai 5 jeunes joueurs dans ma structure. 2 professionnelles et 3 stagiaires-pro, en France.

Où en es-tu avec le show-biz ?
Je continue la musique, et je suis aussi promoteur de spectacles avec ma structure Vino Roazhon Culture. Je me suis fixé comme mission de valoriser la culture africaine en Europe. Je prépare la tournée européenne du groupe Révolution et la nouvelle révélation du Zouglou, Amaral, que j'ai découvert et à qui j'ai décidé de donner la chance. Il a un gros potentiel.

Roazhon, parce que tu te sens Rennais et Breton ?
Oui ! Roazhon, c’est Rennes en Breton. Et à Rennes, les Bretons m’ont adopté. C’est donc une manière pour moi de leur dire merci.

Parle-nous de cette tournée de Révolution, en France. Pourquoi ce groupe ?
Pour moi, c'est un groupe qui est soudé et bosseur. J'ai aimé l'esprit, eux aussi ont cru en moi, on a donc décidé de travaille ensemble.

Amaral, ça fait un bout de temps qu'il est sorti. Tout le monde s'accorde à dire qu'il est bon, mais sa carrière ne décolle. C'est quoi le problème à ton avis ?
Amaral vient de débuter. Mais déjà, il est beaucoup apprécié. Moi, je croire en son talent. Grâce à Dieu, il fera bonne carrière.

Que va-t-il se passer lors de ces 2 shows ?
Ce samedi 19 novembre, Révolution sera à Rennes, à la salle Si Bemol des Veyettes, pour un grand show, accompagné de Lino Versace et Amaral. Après, ils seront dans d’autres villes de la France.

Pour revenir à ta carrière musicale, tu avais annoncé un album. Où est-ce que tu en es ?
Que les mélomanes sachent qu’en 2017, je reviens au-devant de la scène, avec un single.

Tu avais également annoncé ton arrivée au pays en août dernier, pourquoi t'es plus venu ?
Parce que j’étais en plein dans ma formation et dans mes activités. Là, en ce moment, le pays me manque grave ! Dans quelques mois, je serai en Côte d'Ivoire pour voir la famille et les amis.

Il s'agit de quelle formation ?
J’apprends le droit dans le sport dans le cadre de mon activité de conseiller sportif.

Eric était récemment en France, vous vous êtes vus ?
Depuis qu’Éric vient en France, on ne se voit jamais, on ne se rencontre jamais.

Tu lui en veux toujours ?
Moi ? Jamais ! J'ai quitté le groupe et je pense que je n’ai pas fait le mauvais choix. Parce que je vis ma petite vie, tranquille. Les choses n’ont pas été faciles, mais  le dieu que je prie me donne la force et le courage, je ne vais jamais avoir honte.

Dans une interview accordée à VIP Magazine, Eric disait qu'il est possible que Les Patrons redeviennent 4. Tu le penses aussi ?
On ne dit jamais jamais, mais je ne me voir plus en train de faire la musique avec Éric. Sinon, on peut être des amis. Moi, ça ne me gêne pas, si c'est sincère.

Pourquoi vous ne pouvez plus faire la musique, alors que vous pouvez être des amis ?
Parce que la musique, c'est un métier aujourd’hui. Et Éric Patron ne sait pas partager avec ses collègues. Il y a 7 ans, quand je le disais, on me traitait de menteur, de traitre. Mais aujourd'hui, Dodo est parti…

Après l'expérience “Nafi”, tu penses encore au cinéma ?
Oui, toujours ! Je suis toujours disponible pour tout rôle, si les réalisateurs me contactent. Ce sera avec plaisir.

Est-ce que tu as eu des propositions ?
Oui ! J'avais eu des propositions, mais le fait que je vive en France a un peu bloqué les discussions.

Pourquoi la série “Nafi” a été arrêtée ?
“Nafi” n’a pas été arrêtée, la série est terminée.

© Urbanpress. Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

Contactez la rédaction de Urbanpress :
☎ : 00225 07 730 630 — ✎ : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À découvrir aussi...

YouTube dr quinn medicin kvinna säsong 1 http://apotekutanrecept.se/ OTC-medicin för influensa