The current Bet365 opening offer for new customers is market-leading bet365 mobile app You can get a free bet right now when you open an account.

Maca : comment l’alcool, la drogue et les armes sont livrés aux détenus

Maca : comment l’alcool, la drogue et les armes sont livrés aux détenus

Après les évènements survenus samedi dernier à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), marqué par des échanges de tirs entre prisonniers et force de l’ordre, avec à la clé plusieurs détenus et un garde pénitentiaire tués, les Ivoiriens étaient nombreux à se demander comment des armes ont pu atterrir entre les mains des prisonniers surexcités.
 
Hier, grâce au procès du sergent de l’administration pénitentiaire Sangaré Aboulaye, au Palais de Justice de Yopougon, un voile s’est levé sur le mode opératoire des fraudeurs pour faire entrer de la boisson alcoolisée, la drogue, des armes et toutes sortes d’objets interdits, à la Maca.
Recruté en 2012, Sangaré Aboulaye, la quarantaine, a été arrêté le 4 février 2016, pour avoir tenté d’introduire à la Maca un sac en plastique contenant une centaine de sachets de boisson frelatée de la marque "Calao".

Attaché à une corde, le sac en plastique avait été déposé de l’autre côté de la clôture, en attendant que quelqu’un vienne le récupérer en tirant sur la corde. Posté au mirador, Sangaré Aboulaye, était chargé de surveiller cette partie de la clôture. A en croire, le procureur de l’audience correctionnelle des flagrants délits de ce lundi 22 février, Sangaré était bien informé de la présence de ce sac, et c’est avec sa complicité qu’il devait être introduit à la Maca.

Manque de pot pour lui, le sachet a été aperçu par un autre agent. Ce dernier a vite fait d’alerter ses supérieurs hiérarchiques. Arrêté, Sangaré Aboulaye a d’abord nié les faits avant de se mettre à table devant les gendarmes, en citant un certain Coulibaly Ardjouma comme son complice. Au cours du procès, il a tenté de distraire la présidente de l’audience en niant ses propres déclarations.

Avant de prendre ses réquisitions, le procureur a affirmé que les hommes comme Sangaré Aboulaye sont ceux qu’on appelle les « ripous » : ces hommes de loi qui se font complices des citoyens de mauvais alois. « Sans ces personnes-là, on comprendrait mal qu’on puisse vendre de la boisson à la Maca », a dit le procureur, avant d’enchaîner sur les évènements survenus samedi dernier au sein du plus grand centre pénitencier de Côte d’Ivoire.
Déclaré coupable des faits à lui reproché, le sergent de l’administration pénitentiaire Sangaré Aboulaye a été condamné à 6 mois de prison ferme avec les peines complémentaires.

© Urbanpress. Reproduction totale ou partielle strictement interdite sur tout support sans autorisation préalable.

Contactez la rédaction de Urbanpress à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À découvrir aussi...

YouTube dr quinn medicin kvinna säsong 1 http://apotekutanrecept.se/ OTC-medicin för influensa